Le Calame – La cinquième édition du festival de jazz de Nouakchott qui s’est ouverte le 2 décembre et clôt ce vendredi 6 , au parc de la biodiversité a eu une valeur de symbole neuf mois après la disparition de Baby Sarr fondateur dudit festival.

Occasion a été mise à profit pour rendre un hommage appuyé à Sarr qui a porté sur les fonts baptismaux cette manifestation musicale. « C’est une édition d’hommage à Baby Sarr», annonce d’emblée Papis Koné, directeur du festival, lors de la conférence de presse tenue ce jeudi 5 décembre.

Reprenant le flambeau, les organisateurs ont éprouvé de nombreuses difficultés et ont dû en deux mois seulement de préparation tenter de colmater les brèches avec les moyens du bord. « Ce n’était pas facile. Mais il nous fallait y aller quels que soient les moyens», ajoute Koné.

Pour relever le défi, une équipe bénévole sous la houlette d’ElVejr s’est mise en place. Néanmoins, les organisateurs n’ont pas pu, faute de moyens financiers, prendre en charge les frais inhérents au transport et l’hébergement de deux groupes marocains et sénégalais. « Il n’était pas facile pour nous compte tenu des impératifs de mobiliser les partenaires et les sponsors», déplore Ly Hamet co-producteur.

Juan Ignacio Gallardo Martin, chef de programme au bureau technique de coopération de l’ambassade d’Espagne en Mauritanie s’est dit honoré au fil des ans d’appuyer le festival à travers la formation en sonorisation de jeunes artistes.

Les organisateurs se sont engagés à perpétuer l’œuvre de Babi Sarr. « Il ya du pain sur la planche», disait Babi. Parce qu’il ambitionnait de faire en sorte que le festival de Jazz de Nouakchott dépasse celui de Saint Louis. Nous allons pérenniser ce festival en essayant de faire ce qu’il a toujours voulu, promet Koné.

« Nous allons poursuivre ce festival parce que nous y croyons à travers une autre vision, renchérit Ly. Nous allons nous mettre à temps pour la prochaine édition en constituant une grande équipe. Nous avons la volonté de faire un festival digne de ce nom et selon la vision de feu son promoteur». Des activités seront initiées notamment des expositions.

Au programme de cette cinquième édition, un concert ce 6 décembre avec Dental Orchestra, le franco-camerounais Etienne Mbappé, les espagnols (Clara Garcia ,Armando Orbon ) et Bakalamba Jazz. Auparavant, il y a eu une formation sur les techniques de sonorisation, une scène ouverte, une rencontre littéraire jazz et slam.

Rappelons que le Nouakchott Jazz Plus Festival vise à promouvoir la musique jazz comme un vecteur de paix, de cohésion et de brassage culturel en Mauritanie.

.

 

Source : Rédaction Cridem

 

 

Direction Communication et Presse
Les Studios HOLPAC
Tel : 00 222 45 25 34 74
Email : info@studioholpac.com